Revue de presse

Le Lac d’Eugénie est mon coup de cœur de ce début 2015. D’abord Sylvain est un chanteur extraordinaire. Il faut l’entendre jouer des rythmes, des sons, des syllabes, improviser, avec une grande présence scénique. Dans ce nouvel album, on retrouve cette manière à lui, très personnelle, de signer ses textes avec beaucoup d’images sensibles et du quotidien. Il nous trame des histoires émouvantes mais aussi engagées. C’est un citoyen du monde, il ne cache pas ses engagements. C’est une personnalité de la chanson. La musique traditionnelle n’est pas une musique de repli. Sylvain qui vient de cette musique et s’ouvre à d’autres mondes musicaux est le témoignage de cela.

Michel Toutous - Radio Kreiz Breizh - émission Taol Jalon taol penn bazh - janvier 2015 / Le lac d’Eugénie

Ce premier article est plus que le reflet d’un homme dans une flaque d’une campagne qu’on imagine bien quelque part au Nord de la Loire. C’est bien le for intérieur qui est convoqué et exprimé. Comme dans ses précédents manifestes, Sylvain GirO met le verbe au centre, joue avec le sens des mots, invente une poésie toujours très marquée par la nature, le monde et ceux qui le peuplent. Ajoutez à cela une voix qui densifie les textes et la chanson prend tout son sens. Les premiers pas au sein de Katé-Mé ont façonné un chanteur, ses foulées au sein de GirO confirment son talent et révèlent encore davantage le poète et le militant. Et là où cela résonne encore plus fortement, c’est dans la musique, plus radicale encore, plus tendue et intense, un peu comme celle qu’invente Rodolphe Burger. Pour accompagner Sylvain GirO, trois complices musiciens et arrangeurs montrent le même engouement et les mêmes intentions que l’auteur, surlignent les mots encore plus fortement que sur les deux disques déjà parus. Batterie, violoncelle et claviers prennent un virage rock qui fait la force de ce nouvel album. Dix morceaux sous tension, une tristesse qui transpire, une violence évoquée, une rage assumée, Sylvain GirO réveille souvent les maux comme pour mieux les conjurer ou les dénoncer. Reste à chacun de réfléchir aux symboliques suggérées. Reste à chacun à se laisser traverser par la force de ces dix odes.

Cécile Arnoux, Revue Place Publique, janvier 2015 / Le lac d’Eugénie

Voici Sylvain GirO débarquant avec un nouvel album aventureux, plein d’ambition et de cohérence. Ce qui frappe à l’écoute du nouveau CD, Le lac d’Eugénie, c’est cette belle voix envoûtante, parfois en mode parlé-conté, qui nous envoie vers différents horizons, à la fois terrien et onirique. Entre musiques traditionnelles, chanson française et rock psychédélique, ce disque nous entraîne dans la transe hypnotique. Entre le tribal trad et tourneries 70’s à la Pink Floyd, la musique explore l’âme musicale. L’orgue Hammond et le Fender Rhodes bien présents de Julien Padovani nous renvoient à cette époque où Procol Harum ou The Doors envoûtaient les oreilles d’orfèvreries musicales oniriques. Avec Erwan Martinerie au violoncelle et Jean-Marie Nivaigne à la batterie, nous sommes en présence d’un groupe solide, paré pour un mélange musical détonnant. Sur cette belle assise musicale, la voix de Sylvain GirO navigue et tourbillonne. Dans son grain et ses intonations, pointent de bien belles influences : Jacques Brel, Gérard Manset, Léo Ferré, Jacques Higelin, Bertrand Cantat et Gabriel Yacoub. « Je cherche à chanter des textes d’actualité, tout en ayant cette sorte d’universalité des chansons trad, avec aussi un côté décalé, vers le fantastique et le merveilleux ». Le résultat offre une poésie chantée où écologie et enfance sont omniprésentes, avec un esprit politique sous-jacent. Cet effet est renforcé par les superbes photographies de Val K : « Elles ont été prises à Notre-Dame des Landes, à 500 m de chez moi ».

Ouest-France Nantes - 5 décembre 2014 / Le lac d’Eugénie

Entre rock et tradition, ce disque est exceptionnel, une création subtile et percutante, une réussite en tout point. Tout ici sonne juste, les mots comme les musiques. Une voix qui reste dans les oreilles longtemps après l’écoute. Même le livret est agréable à feuilleter on s’y attarde en fin gourmet afin d’apprécier de belles photos en couleurs et y savourer des textes lisibles ce qui est devenu rare. Coup de cœur du trimestre !

Récré’action - Revue spécialisée chanson - Janvier 2015 / Le lac d’Eugénie

La voix magnétique de Sylvain GirO possède la force d’un Yacoub ou d’un Cantat. Issues du spectacle Le lac d’Eugénie, ses douze chansons singulières, lyriques, saisissent l’auditeur par leur puissance visuelle et théâtrale.

Le Télégramme - Décembre 2014 / Le lac d’Eugénie

Recevez la lettre d'information  / + Inscrivez-vous